Vous n'êtes pas une sécurité 

 Vous n'êtes pas une sécurité
 Ensemble contre le racisme et les nazis dans les autorités
 


Le 8 mai 2021, date anniversaire de la capitulation de l'Allemagne et de sa libération de l'occupation fasciste allemande, est un jour de fête. Mais c'est aussi un jour de dénonciation du racisme, de l´antisémitisme et du fascisme. Aujourd'hui, nous dénonçons le problème de la police (#Polizeiproblem) en Allemagne. Nous exigeons : L´élucidation conséquente d'innombrables incidents racistes et la dénazification immédiate des autorités qui sont étroitement imbriquées avec des réseaux et des idéologies d'extrême droite. Nous affirmons : Ceci n'a rien à voir avec de la sécurité !
 
 Nous dénonçons

La violence policière raciste - contrôles discriminatoires, intimidations, agressions, meurtres et morts en détention - est à l'ordre du jour en Allemagne. Ce ne sont pas des "cas individuels" tragiques, mais bien un racisme institutionnel fermement ancré contre les personnes réfugiées, les Noir.e.s, les personnes of Color, Rom:nja et Sinti:zze. Rien que depuis 1990, 181 personnes touchées par du racisme sont mortes dans des prisons et des commissariats de police.  Des lieux et des rues sont déclarées officiellement comme "lieux dangereux" et deviennent ainsi des endroits où les personnes of Color sont criminalisé.e.s sans autre justification. Et aussi les frontières sont pour beaucoup les personnes synonymes de violences : Persécution policière, déportations inhumaines.

Vous avez la police, nous avons des questions

Spécialement l'année dernière, de nombreux.euses Berlinois.e.s ont perdu leur confiance dans le travail des autorités. Les soupçons généralisés lors des descentes de police dans les lieux de vie des personnes post-migrantes, tels que les bars à shisha, ont créé le climat social propice aux meurtre racistes de neuf personnes le 19 février 2020 à Hanau. Mais cela ne s'arrête pas là. Encore et toujours les personnes victimes de violences racistes sont souvent transformées en suspects potentiels. Les enquêtes sur les persistantes attaques terroristes de droite à Neukölln sont une farce. Les auteur.rice.s présumé.e.s sont protégé.e.s sous les yeux de l´Office fédéral de la protection de la constitution allemande (Verfassungsschutz), le procureur général s'avère être un sympathisant de l'AFD, les résultats d'une commission d'enquête soulèvent de nouvelles questions et la création d'une commission d'enquête parlementaire est empêchée depuis des années. Dans le cas de motivations racistes et néonazies, nous observons presque toujours un manque de volonté d´enquêter. C'est le cas par exemple pour Burak Bektaş, qui a été assassiné à Neukölln en 2012 et dont l´enquete n´a soi-disant pas permis de collecter des informations sur les meurtièr.e.s. L'impression demeure que les autorités berlinoises chargées de la sécurité échouent systématiquement et que le pouvoir judiciaire a peu d'intérêt dans la résolution de ces cas.

Armé.e.s et prêt.e.s

Ce n'est pas tout. Dans des groupes de discussion racistes et anti-féministes, les (futur.e.s) officiers de police tiennent des propos incendiaires contre les musulman.e.s, les rom:nja et les sinti:zze, les juif.ve.s et les réfugié.e.s. Le groupe néo-nazi NSU 2.0 a utilisé pour leurs menaces de mort
des données personnelles récupérées dans les ordinateurs de la police de Berlin. Des officiers du service de protection de l'État ont écrit des lettres de menace contre des personnes de la gauche, des informations obtenues dans la cadre d´enquetes sont régulièrement transmises à l'AfD et aux néo-nazi.e.s. Nous recevons presque quotidiennement de nouveaux rapports sur les réseaux d'extrême droite au sein des services de sécurité alors que parallèlement des armes, des munitions et des explosifs disparaissent de leurs stocks. Le nombre de cas de réseaux d'extrême droite et de nazi.e.s armé.e.s dans les services de sécurité sont probablement beaucoup plus élevés. Mais l'esprit de corps des fonctionnaires ainsi qu´un manque de protection des lanceur.euse.s d´alerte empêche l'investigation de ces cas. Les autorités préfèrent diffamer et criminaliser les personnes qui s'opposent à l'agitation de la droite.

Police partout, sécurité nulle part

Au cours des dernières décennies, les dépenses sociales ont été réduites pendant que les compétences de la police et de l'armée ont été renforcées.  De plus en plus souvent, la réponse aux problèmes sociaux prend la forme de violence et de répression. Pour les intérêts de profit des investisseur.euse.s des personnes sans-abri sont expulsées du Rummelsburger Bucht et les bars sont expulsés. Lorsque l'État veut prouver sa capacité d'action, des perquistions sont faites dans des mosquées, des bars à shisha, des associations kurdes et antifascistes. Surtout le mouvement kurde
souffre de la répression de l'état allemand, qui se fait le relais du régime turc. L'utilisation de la police dans des situations de crise psychologique aggrave la situation des personnes malades et peut être fatale, comme dans le cas de Maria B. de Friedrichshain. L'appareil de sécurité est un danger, car il ne crée pas de sécurité pour les habitant.e. de cette ville mais sinon pour un ordre de propriété capitaliste et pour une politique de migration raciste.

(Pas-)La fin de la violence

Nous sommes stupéfait.e.s et en colère. Cela s'explique également par le comportement douteux du gouvernement berlinois envers un appareil de sécurité qui déjoue les contrôles démocratiques à sa volonté. Alors qu'à Berlin, tout le monde attend toujours sur une étude sur le racisme au sein des forces de police, les personnes concernées savent depuis longtemps que la police elle-même est le problème. Elles.Ils résistent, scandalisent le traitement déshumanisant et luttent pour la justice. Quand même le sénateur de l'intérieur de Berlin admet que la police de Berlin pratique les contrôles au faciès, alors les conséquences doivent suivre. Les tentatives actuelles de réglementer démocratiquement la police, par exemple par la la mise en place prochaine de délégué.e.s de la police, ne sont pas suffisantes. Nous ne nous faisons pas de faux espoirs car nous savons de par nos expériences que  : le changement politique ne peut être obtenu que seulement par une pression commune dans les rues. Les compétences nécessaires et et les ressources pour enquêter sur le racisme, l'antisémitisme et les violences policières illégalles doivent se trouver entre les mains des personnes concernées et de la société civile de berlinoise. Les dépenses financières élevées pour l'appareil de sécurité provoquent davantage de violence et sont mieux investies dans l'éducation, les soins de santé, le logement, les loyers abordables et le travail social et de proximité. C'est pourquoi, en cette année d'élections fédérales, nous défendons des changements radicaux au sein des autorités chargées de la sécurité, la poursuite systématique de tous les réseaux de droite et pour une forme différente de gérer les conflits sociaux. Nous ne continuerons pas comme cela.

Descendez dans les rues pour la parade du 8 mai 2021.

Vous n'êtes pas une sécurité. 

 Ensemble contre le racisme, l'antisémitisme et les nazis dans les autorités.


8 avril 2021

ABA - Aktionsbündnis Antirassismus
Amaro Foro 

Antifa Friedrichshain 

Aktivist*innen im Bereich Mieten, Soziales und Wohnen 
Aufstehen gegen Rassismus Berlin 

Basta - Initiative zur Aufklärung rechter Straftaten 

Berliner Bündnis gegen Rechts 
Berliner Bündnis "Gemeinschaftlicher Widerstand"

Berliner Obdachlosen Hilfe 

Berliner Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes – Bund der Antifaschistinnen und
Black Pond Antifa
Antifaschisten Berlin (VVN-BdA) 

BiLaN Berlin – Bildungsinitiative 

Bündnis Zwangsräumung verhindern 

Corasol
Damn*orga
Death in Custody
Decolonize Berlin 

Die Urbane. Eine HipHop Partei
Each One Teach One (EOTO)
Ende Gelände Berlin
Entnazifizierung Jetzt
Freie Kurdische Gemeinde Berlin 
Fridays for Future Berlin
FRE!LAUF DIY Bike-Camp
Initiative Amed Ahmad

Initiative für die Aufklärung des Mordes an Burak Bektaş 

Initiative Hermannplatz 

Initiative in Gedenken an Oury Jalloh 

Initiative Kein Generalverdacht 
Initiative Schwarze Menschen in Deutschland (ISD) - Berlin

Initiative Rromnja 

Interventionistische Linke Berlin 
Jugendliche ohne Grenzen
Justizwatch

Kontakt- und Beratungsstelle für Flüchtlinge und Migrant_innen e.V. (KuB) 
KOP - Kampagne für Opfer rassistischer Polizeigewalt
Kritische Jurist*innen der FU Berlin

Leute für die Meute 

Leave No One Behind Nowhere 

Migrantifa Berlin
Migrationsrat Berlin
Mieterpartei 

Nationalismus ist keine Alternative Berlin
Netzwerk NoBorder. NoProblem 

Neukölln Watch 

No Border Assembly 
No Nation Truck
Omas gegen Rechts

Rattenbar-Kollektiv 

Reclaim Club Culture (RCC) 

Revolutionärer Jugendbund 
Rheinmetall Entwaffnen Berlin

RomaniPhen e.V. 

Solidarity City 
Solid Berlin

Schlafplatzorga Berlin
Seebrücke Berlin 

TOP B3rlin 

Theater X 
Tribunal NSU-Komplex auflösen! (Berlin)
We'll come United

Wohnungslosen Parlament 

Wo ist unser Denkmal 

Women in Exile 

Wrangelkiez United
Xart Splitta

Zeitschrift Bürgerrechte & Polizei (CILIP)

 

Descendez dans les rues pour la parade du 8 mai 2021!
Rejoingnez le mouvement et mobilizez les gens! 

Contact: aktionantira@posteo.de

Voici tous les matériaux importants: